Saint-Paul d'Arnave (Haute-Vallée de l'Ariège)
 
 
 
Il faut grimper la montagne pour atteindre cette humble chapelle dressée au bord du ravin. En 1650,l'évêque de Pamiers, François-Étienne de Caulet (1645-1680) signalait la dévotion que les fidèles avaient pour saint Paul, à Arnave, où l'on donnait le "san binatge" (vin bénit) et où une pierre, proche la chapelle, passait pour guérir le "haut mal".
L'église, du premier art roman, a une simple nef voûtée en berceau terminée par un choeur étroit et une abside carrée percée de deux étroites fenêtres.
Autour de l'abside, une corniche est soutenue par quatre colonnes calcaires sur des tailloirs de marbre blanc, ce qui est ici, un luxe extraordinaire. Deux piliers ronds engagés à l'abside supportent des chapiteaux en marbre sculptés de nervures maladroites où s'appuie le bandeau du choeur. Les piliers des bandeaux de l'abside et du petit arc triomphal sont en bel appareil, mais la maçonnerie de la nef et du choeur est grossière et archaique.
Le portail est à simple archivolte en grès rougi par le temps, ornée de dents de scie légères.
Le clocher du XIV° siècle est un petit pinacle carré, ouvert sur ses faces par deux fenêtres géminées à plein cintre, terminé par un petit toit d'ardoises à quatre pans.
La nef a été agrandie et la façade, aveugle, est ornée sur le pignon d'arcatures lombardes en tuf. Elle est, comme le portail, du XII° siècle; toutefois au XIV° l'édifice fut surélevé.
Cl. A.
 

 

 
Pour augmenter la taille des caractères ...
Pour restaurer la taille originale des caractères ...
Pour réduire la taille des caractères ...
Plan du site | Mentions légales | Extranet | 
© Diocèse de Pamiers, Couserans et Mirepoix