Église Saint-Girons, à Saint-Girons (Couserans)
 
 
À l'origine, la ville, petit faubourg d'Austria ou Saint Lizier, se nommait Bourg-la-ville. Elle était bâtie sur l'ancien oppidum Sancti Geronti, du nom d'un guerrier vandale baptisé par saint Sever qui, tué sur les rives de l'Adour, fut vénéré par la population.
 

Autour de l'oratoire, élevé sur sa tombe, se développa la ville. Il ne reste rien de la première église romane et peu de chose de celle du XIV° siècle, si ce n'est l'énorme clocher carré formant porche et passage public. Ce clocher, placé du côté opposé à l'abside, devait servir de narthex ; il est carré, bâti de pierres calcaires soutenu de deux contreforts d'angle et s'élève sans ouverture jusqu'à un étage très haut à deux fenêtres par face, se poursuit par un étage octogone en retrait et se termine par une haute flèche à huit pans. Les ouvertures en plein cintre sont garnies d'un boudin tombant sur des chapiteaux simples à tailloir octogonal supportés par des colonnettes.

L'église a été reconstruite en 1857 en reproduisant les formes ogivales. Le choeur, assez élégant, imite le type architectural du XIII° siècle que contredit cependant la hauteur des plinthes si contraire à l'harmonie des édifices du premier art gothique du Midi.

Les trente deux stalles du choeur en bois sculpté, excellent travail du XVIII° siècle, la chaire à prêcher de même époque et deux toiles-peintes: "Présentation au temple", d'Alonso Cano (1667) et "Annonciation" par Louis Boullogne (1730) sont les pièces les plus remarquables de cet édifice.
 
Pour augmenter la taille des caractères ...
Pour restaurer la taille originale des caractères ...
Pour réduire la taille des caractères ...
Plan du site | Mentions légales | Extranet | 
© Diocèse de Pamiers, Couserans et Mirepoix