Biographies des saints du diocèse de Pamiers (I)
 
 
Saint Anastase est fêté le 16 octobre. La fête de saint Antonin est célébrée le 2 septembre.
 
Saint Anastase  

Saint Anastase est né à Venise vers l'an 1020 dans une famille riche où il fit des études de grec et de latin. Mais tout jeune, il avait la pensée d'être moine dans une abbaye et pour s'y préparer il entreprit de prier, de jeûner, de se priver de vin et de viande. Il pouvait jeûner d'un dimanche à l'autre. Venu en France, il croyait avoir trouvé au Mont-Saint-Michel le lieu de silence et solitude qu'il cherchait. Sur une déception à propos du père Abbé, il quitta l'abbaye et se retira en ermite sur l'île de Tombelaine dans la baie du Mont-Saint-Michel.
Sa renommée s'étant répandue, le père abbé de Cluny en Bourgogne - saint Hugues - l'invita à venir le rejoindre. Saint Anastase avait trouvé là le havre de paix qu'il recherchait. Mais le pape Grégoire VII et saint Hugues, décidèrent de l'envoyer en Espagne pour y convertir les Sarrasins. Il n'y obtint aucune conversion et retourna pour sept années à Cluny. À la suite de quoi, il suivit saint Hugues en Aquitaine, à Toulouse, puis à Pamiers. Là, malgré la réticence de saint Hugues, il obtint la permission de se retirer dans la montagne durant le carême. Vivant en ermite dans une cabane de branchages, il devait y rester trois ans. La population des environs venait auprès de lui en foule au point que la montagne était tout illuminée de cierges. Au terme de ces trois ans, et à la demande du père abbé, il reprit le chemin de l'abbaye de Cluny.
À Pamiers, auréolé de son prestige, on lui demanda de placer le corps de saint Antonin dans un reliquaire. Affaibli par la fièvre et son jeûne perpétuel, son état de santé empira et parvenu au village de Saint-Martin-des-Dévotes, devenu depuis Saint-Martin-d'Oydes, il rendit son âme à Dieu et fut inhumé dans l'église. Il fut l'objet d'un culte qui ne s'est jamais démenti et qui s'est étendu à la fontaine près de laquelle il était passé. La fresque du buste de saint Anastase retrace la procession annuelle qui se déroulait le premier dimanche du mois de mai.

Fête le 16 octobre.  

(Sources: Archives diocésaines-Père G.Frésard, vicaire général du diocèse de Pamiers - 24 janvier 1997.

 
Saint Antonin
 
Saint Antonin est le patron du diocèse de Pamiers. Mgr Albert-Marie de Monléon disait que, loin d’être une pâle figure, il apparaît comme une personnalité très significative de la foi catholique dans notre région, à la fin du V° et début du Vlèmesiècle, à un moment où la Gaule basculait vers le catholicisme par le baptême de Clovis (496). Antonin, fils du seigneur de Frédélas (ancien nom de Pamiers) et neveu de Théodoric II, roi des Wisigoths à Toulouse et, comme la majorité de son clan, arien (les ariens reconnaissent dans le Christ un pouvoir divin mais pas le fils de Dieu). Il se convertit à la foi catholique. Après son ordination, il se rendit en Italie et séjourna à Rome et à Salernes en Campanie, où il resta 18 ans, prêchant l’Évangile et faisant des miracles.
Il évangélisa toute la région détenue par les Wisigoths et qui s’étendait du cœur de l’Espagne aux Pays de la Loire. En Espagne, à Palencia, son nom est vénéré et l’église et la cathédrale l’ont choisi comme saint patron. De l’Italie, il revient en Gaule par la Savoie ; il arrive à Villefranche-de-Rouergue. À Noble-Val, il convertit un personnage riche et puissant, Festus et toute sa famille. À Toulouse, il est jeté dans un cachot avec un jeune noble Amachius. Un ange le délivra. Revenu à Pamiers, et en raison de sa foi catholique, il est décapité sur les rives de l’Ariège. Le même coup emporta la tête et un bras.
Après son trépas glorieux, deux anges à tête d’aigle chargèrent sur une nacelle la tête et le bras sectionnés et, de rivière en rivière, les ramenèrent jusqu’à Festus qui les garda précieusement dans sa demeure. Son palais fut bientôt transformé en abbaye que les rois et les grands comblèrent de privilèges.
Les historiens situent son martyre et celui de ses compagnons, Jean et Almaque, entre 498 et 506, sous Alaric II, successeur de Théodoric II (mort en 466). Peu avant le martyre de saint Antonin, saint Volusien, évêque de Tours exilé par Alaric Il, meurt en 496, quelque part entre Varilhes et Saint-Jean-de-Verges.

Saint Antonin est fêté le 2 septembre.


Sources: bréviaire de Pamiers. Mgr Albert Marie de Monléon - Bulletin diocésain n°38 - 1996
 
Pour augmenter la taille des caractères ...
Pour restaurer la taille originale des caractères ...
Pour réduire la taille des caractères ...
Plan du site | Mentions légales | Extranet | 
© Diocèse de Pamiers, Couserans et Mirepoix